Demandez le programme !

Pour cette 4ème édition c'est autour de la figure du Défilé que le festival s'invente.
Défilé de mode, de mots, d'oiseaux, de fils, de pas, de danses, de notes, d'images .... le défilé poétique, politique, absurde, spontané !

L'allée des Cyclamens sera ouverte à toutes et à tous, à tous les imaginaires pour un défilé spontané et participatif.

A l'occasion des Journées européennes du patrimoine, le village s'ouvre au public et propose toute la journée des actions artistiques inédites. Chaque recoin du village cachent, installations, spectacles, ateliers participatifs où les créations fabriquées viennent ensuite prendre place dans le grand défilé final à 17h porté par les artistes et le public.

A 18h comme à son habitude un verre réunira artistes et publics pour une rencontre inopinée, et à 19h45 commence la première partie du concert du soir, deux groupes locaux, pour que la danse clôture cette journée.
La chambre verte a la volonté de développer les collaborations sur le territoire pour une programmation originale et plurielle, avec les habitants mais également avec les associations et les initiatives locales, cette année c'est avec grand plaisir qu'une partie de la programmation a été conçu avec Voisin Lieu pour tous, Archipop et les Contes à croquer. 

Venez découvrir des installations, des ateliers participatifs et des actions artistiques qui défilent, inspirées par le village et par la thématique. Des propositions légères et respectueuses du paysage.

12H-17H - Ateliers, installations, spectacles vivants, avec
Mariana Kostandini, Magali Desbazeille, Lédia Kostandini, David Guez, Hortense Gaultier, les tricoteuses, Viviana Moin, Roberto Vidal, Catherine Baÿ, Jean Philipe Carré-Mattei, Nicolas Boon, Christine Coutris, Marie-Noëlle Romvos, Marie Duc, Yvon Gisse, Laura Samoilovich, Marcel Des Champs, Cécile Micault, Identités remarquables, Julie Saint-André, Claude Birck,  Evelyne Dénis, Hélène Bernardet Joris Laquittant.

17H - Grand défilé participatif avec la fanfare Les Tyrassonores !

18H - Retrouvez les artistes autour d'un verre
signature du livre Le collectif de David Guez, nouvelle parution aux Editions de La chambre verte

19H45 - Concert1 : Daddy's Shankers

20H30 -  AZUL II, Procession païenne participative de Viviana Moin et Roberto Vidal

21H - Concert2 : Soul'Manto

 

Créationde Archipop pour le festival

DEFILEZ ! 
 

C'est autour de la figure du Défilé, tous types de défilés que Archipop propose un film à partir des précieux films d'amateurs qui forment leur collection, majorettes, course des garçons de café ou encore défilé devant la mer se côtoient pour des images drôles et poétiques 
 
Initié en 2003, le projet Archipop a pour mission de collecter, sauvegarder, conserver, documenter et valoriser les archives cinématographiques, audiovisuelles et sonores sur le territoire picard (Aisne, Oise, Somme).
Depuis 2015, il s’est progressivement élargi sur le Nord-Pas-de-Calais en s’appuyant sur des partenariats avec des associations très bien implantées sur ce territoire et menant des actions complémentaires aux nôtres.
"Pour découvrir des images inédites d'archives cinématographiques, rendez-vous sur archipop.org !

 

©Sandrine Laquittant ----.JPG

©Sandrine Laquittant -

  --- SOUS LE PORCHE DU BUREAU DU FESTIVAL

 

Mariana Kostandini

série de photographies digitales, 2019

NO MAN IS AN ISLAND
Nul homme n’est une île

 

Cycle de photos qui raconte l'histoire d'une journée. Toutes prises le 8 mai 2019 dans le vieux village de Lanta sur l'île de Koh Lanta en Thaïlande lors d'un passage de cyclone pas loin et dans l'impossibilité de se défiler face à une nature grandiose et menaçante. Le souvenir cataclysmique, celui des heures passées à observer lutter les éléments – eau, sable, vent, lumière – sur cette île prise dans la tourmente. Cadre sobre et fixe, expurgé de tout exotisme, de tout lyrisme, mais un paysage qui déborde et surprend.
 
Mariana Kostandini, photographe (1985, Albanie) vit et travaille à Paris depuis 2006. 
Diplômée en Musicologie (La Sorbonne), Histoire de l'Art (Ecole du Louvre et Sorbonne-Panthéon), son travail de recherche en Master porte sur la photographie sociale de Mary Ellen Mark.
Née dans une famille albanaise de photographes, elle développe tôt son amour pour la photographie documentaire et humaniste et commence à s’exposer en tant qu’étudiante (finaliste concours photo “Fokus” Fier 2010, finaliste concours d’art contemporain Onufri - Galerie nationale d’art albanais Tirana 2012). Passionnée également par la photographie d'architecture avec une approche minimaliste et poétique, elle observe la ville et ses métamorphoses avec pour but, capter et préserver la mémoire de l’espace public comme une donnée précieuse, dans une approche plus critique que contemplative (édition à venir du livre “13eme Ciel”). Mariana Kostandini travaille également sur divers projets artistiques en tant que commissaire (textes catalogue Myspace Tirana/Berlin a photographic journey -  Tirana Art Lab 2008, commissariat de l’espace “From Their Hands” - Museum On/Off Centre Pompidou Paris 2016 avec Matali Crasset et Endri Dani, Archive of Voices avec Maks Velo en 2019), dont ceux de son association artistique parisienne Projektor, qui vise à promouvoir de jeunes artistes dans des lieux insolites et informels.

www.marianakostandini.fr / instagram @anamari.ko 
www.projektorassociation.wordpress.com / instagram @projektorart
 

©Sandrine Laquittant -  - - - - -.jpg

©Sandrine Laquittant -

  --- JARDIN DU PRESBYTERE

AGAIN AND AGAIN

Ledia Kostandini

Installation, création, 2022 

Les deux drapeaux représentent des dessins de silhouette minimale, matérialisés par des broderies faites à la main. 
L’un des drapeaux représente une série d’autres drapeaux dans une perspective de « matriochka ». Les drapeaux se répètent et deviennent l’emblème les uns des autres jusqu’au dernier, un drapeau noir qui rappelle le mot « à nouveau », comme la continuation ou le redémarrage d’un autre cycle de drapeaux.
Le deuxième drapeau est recouvert des mêmes mots d’affilée. Le ou les mots se suivent, pointant toujours vers la continuation ou l’infini. Le mot clé est encore « encore » mais comme il va dans une rangée, on peut également le lire comme « un gain ». C’est un puzzle de mots continu « encore un gain à nouveau un gain » qui devient  une rhétorique, un slogan ou un mantra.
Les deux drapeaux se rapportent au concept de systèmes politiques et au cycle circulaire qu’ils opèrent, comme un défilé de différentes idéologies qui tentent de se remplacer ou de se nier mutuellement.

Mes œuvres font référence aux transformations sociales, à la culture héritée ou perdue. Je m’inspire de la superposition de temps, d’expériences et de traces que les gens laissent derrière eux. J’ai un intérêt particulier pour les formes architecturales et les éléments urbains aléatoires qui manifestent un comportement social dans l’espace public. Je cherche des significations transversales des choses qui m’entourent, remettant en question, poussant et taquinant leurs connotations. 
J’utilise souvent mes œuvres comme un instrument pour aller et venir dans le temps.
J’ai un intérêt particulier pour les objets prêts à l’emploi, ainsi que pour les pratiques artisanales traditionnelles.
Ma pratique artistique couvre divers médias, y compris la photographie, la peinture, l’installation, les interventions publiques et l’illustration. 


https://lediakostandini1.wixsite.com/lediakostandini/home/

©Sandrine Laquittant - - - - -.jpg

©Sandrine Laquittant -

  --- JARDIN DU PRESBYTERE

©Sandrine Laquittant - ---.jpg

LE FIL

 

une installation au long cours, où les Lundistricotent envahissent chaque année le village de leurs tricots

Les lundistricottent se réunissent tous les lundis soirs pour tricoter pull, cardigan et bonnet.
Pour le festival, elles tricotent les arbres et le mobilier urbain du village. Pour cette édition c'est l'allée d'arbre qui verra défiler les artistes qu'elles ont habillé.
Elles sont présentes tout au long de la journée près de "leurs" arbres tricotés pour converser ou initier à un point en particulier.

©Sandrine Laquittant -

  --- ALLEE DES CYCLAMENS

LE COLLECTIF

Un texte de David Guez, publié aux Editions de La chambre verte

lu par Hortense Gaultier

Le troisième ouvrage des Editions de la Chambre verte vient de parâtre et pour l'évènement, David Guez a demandé à Hortense Gaultier, artiste invitée l'année dernière, de lire son récit.
Ainsi allongé sur le mythique lit de La chambre verte vous pourrez découvrir ce nouveau livre, Le collectif, bercé par la nature.

Le Collectif est le récit d’une histoire d’amour qui traverse le temps et l’espace.

 
David Guez réalise des projets artistiques dont les deux moteurs  fondamentaux sont :La notion de « lien » : lien social, lien entre les différents médiums et entre les différentes pratiques, lien associé à une idée de l’altérité où les nouvelles technologies seraient le moyen d’échanger avec l’autre. La notion de « public », au sens le plus ouvert du terme : « un art ouvert et disponible à tous les publics » et au sens politique et social : « un art qui questionne les libertés publiques et intimes et qui propose des alternatives ».
Ces deux approches lui ont permis d’inventer des « objets » et des « matrices » qui questionnent des sujets contemporains et leurs liens avec les nouvelles technologies. Il s’agit de thèmes aussi variés que les médias libres, les sciences, la psychanalyse, le rapport au temps, les usages collaboratifs de l’internet, les problèmes d’identité, de pertes de liberté et les questions d’archivage.

http://guez.org/davidguez/

©Sandrine Laquitant.jpg

©Sandrine Laquittant -

  --- JARDIN DE MARIE NOELLE ROMVOS

©Sandrine Laquittant -.JPG

SILVIA

projection sur la porte de l'église

11'

Danse: Viviana Moin, image: Clara Muel, son:  Isabelle de Munheim. 

Silvia était danseuse et maître de ballet. Elle était aussi une amie chaleureuse, sincère, pleine de vie. Elle est morte de cancer le 22 juin 2022. Ce film tente de lui rendre hommage. 

Viviana Moin née à Buenos Aires, Argentine en 1966. Etudie la danse classique et contemporaine à l’Ecole National de Danse.
Vient à Paris et collabore avec différents chorégraphes, metteurs en scène, réalisateurs et plasticiens en même temps qu’elle fait ses performances seule ou avec des artistes venus des différents horizons et disciplines. Dans ses performances elle danse, parle, chante évoquant une sorte d’autobiographie fictionelle avec de l’humour et un grain de mélancolie.
Elles ont été programmés au Musée du Jeu de Paume, à la Fondation Cartier, au Festival Plastique Danse Flore, CCNT (Tours), 3 Bis F (Aix en Provence) etc.

  --- ENTREE DE L EGLISE

©Sandrine Laquittant -

LE DEFILE DES OISEAUX

Une installation et un atelier de Marie-Noëlle Romvos, Marie Duc, Yvon Gisse, Marie Gisse, Sandrine Laquittant, Véronique Révillion, avec le soutien de l'association de la villa des Cyclamens "Cross over voice"

Durant l'année, Marie Noëlle Romvos a récolté auprès des écoles d'Auteuil, de Berneuil, de l'école des Beaux arts de Beauvais, de la place du Tertre et des invités et artistes de passage de beaux dessins d'oiseaux, ils sont là ... à vous de compléter le défilé !

Cette mise en scène, inspirée par le récit du poète mystique du 13ème siècle Farid Al-din Attar, est le
fruit d’une collaboration entre Marie-Noëlle Romvos, Marie Duc, et Yvon Gisse.
Cette installation fait écho aux processions du 15 Août du siècle passé, immortalisées sur les cartes
postales de la Villa des Cyclamens d’Auteuil.


L’histoire raconte la quête des oiseaux, guidés par la Huppe, qui partent à la recherche de leur roi.
De la grotte de la villa des cyclamens, transformée en couveuse géante illuminée par des bougies
déposées par le public dans des coquilles d’œufs, s’envolent les oiseaux représentés par des dessins
d’enfants de nos écoles.
30 oiseaux parviennent au terme de leur quête, et découvrent au-dessus de la grotte, l’être suprême
symbolisé par le calvaire qui sera métamorphosé en miroir, car Simorgh est son nom qui signifie en
Persan 30 oiseaux.
Serait-il dit que partir à la recherche d’un idéal serait partir en quête de soi-même ?
Les silhouettes de ces 30 oiseaux, installées autour du calvaire, seront créées par un collectif
d’artistes qui s’inspireront des dessins des enfants.

©Sandrine Laquitant.jpg

©Sandrine Laquittant -

--- L ALLEE DES CYCLAMENS
ET LA GROTTE

ET 

BLUEBLOCK

Un atelier et une collection de Laura Samoilovich

Laura Samoilovich est venue en résidence à la chambre verte cet été 2022 pour commencer sa collection de vêtement qui par son procédé se teinte en bleu avec des traces de la nature du village.

Mains, plantes, feuillages, branche d'arbre viennent s'imprimer sur les différents types d'habits pour créer, un défilé Blueblock à 17h.

Les habits sont à disposition et d'autres seront faits sur place avec Laura et les éléments naturels d'Auteuil.

Laura Samoilovich est photographe. Née à Buenos Aires en 1988, l’artiste vit et travaille à Paris.

Après avoir expérimenté différentes techniques photographiques, elle redécouvre récemment le cyanotype, procédé photographique monochrome négatif ancien, pour obtenir un tirage bleu de prusse ou bleu cyan et permet à Laura de jouer avec les ombres et les lumières.

©Sandrine Laquittant - + -.jpg

©Sandrine Laquittant -

---SUR LA PLACE

A7I03710.jpg

LES PANCARTES EXQUISES

Un atelier de slogans poétiques PAR mARCEL dES cHAMPS

Des mots dans trois jarres, sujet, verbe, complément.

A l’image des cadavres exquis des Surréalistes, vous êtes invité.e.s à un atelier de contestation poétique où fleuriront les slogans les plus fous.

Venez créer votre affiche engagée, imprévisible et unique. La beauté est dans la rue !

Petits et grands composent durant la journée leur slogan pour le défilé final de 17h où les phrases seront portés par le public pour un défilé de mots - slogan.

©Sandrine Laquittant -

---SUR LA PLACE

©Sandrine Laquitant.jpg

©Sandrine Laquittant -

CROQUIS EN SUITE

Un atelier dessiné de Cécile Micault

Cécile et Romain sont assis près de l'allée, Cécile est prêtes à crayonner votre portrait succinctement ou plus en lenteur si il y a le temps; Romain inscrit au dos ensuite ce qui définit en un mot pour vous le défilé.

Recto dessiné, verso le mot.

Les portraits prennent ensuite place sur un long fil tendu entre les arbres tricotés, comme une série de visage en attente du défilé de 17H.

Le public pourra venir récupérer les portraits à 18h autour du verre de la rencontre.

---SUR LA PLACE

Un atelier d'écriture de Christine Coutris

SUITE aux PORTRAITS IMAGINAIRES

Christine Coutris aime découvrir des univers d'artistes et écrit en écho avec leur création : photos de K.Lhémond (La Nuit 1993), recherches chorégraphiques de L.de Nercy (Swing 2003-4), travail plastique de l'archéologue M.Jasmin (Voix de terres 2012), paroles des chansons de M.Limal (depuis 2017), gravure avec la plasticienne et marionnettiste O.de Benque (La carte du désir 2021) et jusqu'à l'exploration spatiale (De la neige à Noël, texte à paraitre prochainement dans la revue Espace(s) n°22 du CNES).

Sentir l'invisible et en rendre compte la passionne : ce qui passe entre les êtres, ce qui imprègne un individu comme un lieu ou un territoire, la manière qu'ont les gens de s'approprier un espace ou un bâtiment. Elle est ainsi intervenue en écriture avec la compagnie Tangible inventeuse de l'archéographie – manière sensible, poétique et documentée d'aborder un territoire – (2015-17), pour l'association Résurgens sur un projet en vallée de Chevreuse (2019-20) et recueille depuis 2016 le "patrimoine immatériel" qui habite le Domaine de Trévarez en Finistère.

sophie.JPG

---SUR LA PLACE

catherinebaÿ_6.jpg

SUITES ANIMALES

Un atelier DE Catherine Baÿ et Krista Mikkola

La chorégraphe Catherine Baÿ rejoint le festival pour la quatrième année consécutive avec son défilé de têtes animales.

Personnage hydride entre animal et homme, la proposition différente chaque année, rappelle la condition animale et sa disparition dans certains paysages.

l'atelier consiste à venir porter les masques et suivre les actions associées que Krista Mikkola viendra glisser à l'oreille, s'assoir sur la place, tomber sur une chaise, courir etc.. masquée.

Une photographie au masque avec pourquoi pas une pancarte exquise de l'atelier d'à côté vient clôturer l'actions

---SUR LA PLACE

DE CONTES EN CONTES

une proposition de la Compagnie des Croquenotes et Faim d'Histoires

et de Julie Saint André

Les conteuses Claude Birk, Hélène Bernard et Evelyne Dénis des Contes à croquer viennent conter debout dans les jardins du  presbytères pour le bonheur des petits et des grands.

 

Claude Birck  propose des spectacles de Contes en musique. Un jour, le Conte a frappé à sa porte. Depuis, elle met ses compétences d’enseignante et de musicienne au service de cette nouvelle carrière de conteuse. Elle a créé la Compagnie des Croquenotes et Faim d’Histoires en 2010 et le Festival « Contes à croquer » à Beauvais en 2020. 

Evelyne Dénis conte depuis l'an 2000. Après une formation initiale avec l'association l'Age d'Or, elle a rejoint l'association "Histoire de Dire" et à maintenant ma propre association : Cont'Arts. Elle conte principalement dans les écoles maternelle et primaire, bibliothèques, pour des associations. 

Hélène Bernard, à table, à la veillée près du feu, son père, sa grand-mère son oncle, contaient

De cette lignée elle est venue au conte par le clown et le chant. Entrant par l’oreille sortant par la bouche le conte nous rends conteuse Conteuse à l’occasion, de contes traditionnels majoritairement

Le goût du pain est un conte de gourmandise et de sagesse, un conte des plaisirs simples, pour toutes les oreilles

Claude Birk propose également un spectacle pour enfants en lien avec la proposition de Marie Noelle Romvos dans la grotte 

-Le spectacle à 14h s’appelle « Mon ami l’oiseau » pour public familial dès 5 ans. 

Un oiseau retrouve la liberté et part à la rencontre de ses frères à travers le monde entier. 

Les contes de Loli

Conte pour enfants et adultes par Julie Saint-André

Une mini-roulotte, une valise emplie d'objets, un xaphoon (mini saxophone en bambou) 

Les mains glissent dans la malle et l’histoire prend forme.

Les mots cisèlent en poésie et la matière leur répond en écho.

Au cabaret de poche, l’auditoire est choisi.

La gitane aux petits objets vient nous raconter L’œuf et la main, une allégorie du temps aux accents gastronomiques et La caresse et le serpent, conte inspiré par une phrase de Michel-Ange : « Les caresses enlèvent aux serpents leur morsure. »

©Sandrine Laquitant ---.jpg

©Sandrine Laquittant -

---LA GROTTE -14H

---JARDINS DU PRESBYTERE 16H-17H

DEFILE DU FIL ROUGE

une proposition de Jean-Philippe Carré Mattei et Nicolas Boon

Un fil rouge circule dans le Festival, celui qui fait le lien, celui qui inaugure, celui qui se découpe ?

Un fil qui fait évènement, un fil qui relie, des bouts de ce fil comme souvenir du lien d'un moment pourront être emportés.

Une intervention légère et hautement symbolique sur ce qui relie et le non évènement.

Drôle et poétique à la fois, les deux artistes se sont réunis pour une proposition commune qui joue sur les registres qui forment les créations de chacun, le concept et l'absurde.

Création originale.

Nicolas Boon

Jean Philippe Carre Mattei 

Capture.PNG

---SUR LA PLACE

BALLADE LITTERAIRE

une proposition de l'atelier d'écriture de l'association Voisin lieu pour Tous

L'atelier d'écriture animé par Roger Wallet propose souvent de raconter des vies à partir de personnage réels dans différents lieux .

Ce sera le cas pour ce défilé de mots qui prendra la forme d'une ballade littéraire où 7 haltes viendront faire découvrir des lieux inédits du village et une histoire rocambolesque de Charles personne haut en couleur qui fût atteint par la peste et que seul les fleurs de cyclamens - nom de la rue principale d'Auteuil - peuvent guérir. 

Voyage littéraire et pédestre, on écoute, on suit, on se laisse emporter par ce défilé de mots pour une histoire d'Auteuil dont la véracité ne nous importe peu.

45' de ballade.

Texte écrit par Denis Girette, Michel Le Drogo, Laurence Sagot et Roger Wallet atelier d’écriture de Voisinlieu Pour Tous (Beauvais)

©Sandrine Laquittant -  - - - -.jpg

---DEPART DE LA PLACE

voisin lieu pour tous.jpg

©Sandrine Laquittant -

MON DEFILE ROULANT

une proposition performative de Magali Desbazeilles en partenariat avec Saloon

Sur son vélo, avec ses drapeaux, la performeuse énumérera son inventaire de requêtes. Elle
défilera toutes les heures pour partager sa quête. À vous de réussir à la capter !

Magali Desbazeille découvre la peinture à 3 ans, en 1974 ; gagne son premier prix de dessin à 8 ans, remis à l’Hôtel de Ville de Paris par Bernadette Chirac ; étudie aux Beaux- Arts à Paris, au Hunter College à New York, au Fresnoy à Tourcoing ; rencontre le compositeur Siegfried Canto, en 1999, sur Internet via le forum de l’Ircam, plante le système
avec un document joint trop lourd, au moins 62 k ; rencontre l’ingénieur Sébastien
Courvoisier en 2001 dans un grand château dans l’Est et la dramaturge Julie Valero en 2010 dans un cloitre dans le Sud, collaborent depuis régulièrement avec eux ; ses installations, performances, spectacles sont depuis diffusés en France, en Allemagne, en Belgique, en Autriche, aux Pays-Bas, au Canada… au centre d’art Motorenhalle à Dresde, à Halle 14 à
Leipzig, au Kunstverein Tiergarten à Berlin, au Jeu de Paume, à la Ferme du Buisson, au festioval NovaXX, à la fondation Ricard à Paris, et même parfois dans le Sud ; devrait lire Les Mots et les Choses de Foucault, c’est prévu ; elle vit et travaille à Montreuil ; croise documentaire et fiction, arts visuels et arts vivants, nouvelles technologies et bricolage ;
aimerait savoir ce que les gens cherchent vraiment… continue de se questionner sur ce quel es technologies font aux langages, sur la quantification de l’inquantifiable dans nos grandes institutions…sur ce phénomène envahissant de l’évaluation de tout, par tous, tout le temps : « on est tous experts de tout, on note tout » !
Elle aime faire le grand écart entre des commandes publiques qui mettent plusieurs années, font de 12m de long, pèsent 1,5 tonne de métal et impliquent une grande équipe…et des performances pour lesquelles elle charge toute seule sa voiture et elle y va… - voilà.
Après avoir enseignée à l’École Supérieure d’Art de Cambrai et à la classe préparatoire d’Issy les Moulineaux, elle enseigne depuis 2019 la performance à l’Ecole Nationale Supérieure d’Art de Bourges. Elle y propose des ateliers construits en partenariat avec les acteurs culturels locaux.

http://www.desbazeille.fr/v2/

©Sandrine Laquittant - + + + +.jpg

---SUR LA RUE DES CYCLAMENS

GraphiqueCollé-1.tiff

©Sandrine Laquittant -

FANFARE

une proposition  de la fanfare Les  Tyrassonores

venue tout spécialement de Paris, la fanfare se déplace toute la journée ici et là dans le village car un défilé n'est rien sans une fanfare !

La fanfare est reconnaissable au son de ses cuivres et de ses morceaux très contemporains.

Elle accompagne également le défilé final de 17h ! 

©Sandrine Laquittant - 2.jpg

--- partout dans le village

©Sandrine Laquittant -

Conception et direction artistique Emily Holmes et Jérémy Dussaussoy 

Chorégraphie Emily Holmes 

Sculpture sur bois Jérémy Dussaussoy 

Chant lyrique Alice Cathelineau 

Jeu et contorsion Francesco Gabrieli 

Costumes B.Painted Bernard Bousquet 

Création sonore DJ Reïne 

"Identités remarquables, définition : Factoriser. Développer nos expressions. Nos langues multiples. Accélérer nos processus pour faciliter l'émergence d'une création hybride. Polyphonies. Commuter nos Identités créatives en un corps commun."

Identités Remarquables découle d’une volonté d’explorer un lien entre plusieurs pratiques, danse, sculpture création textile, chant lyrique, D-jing, photo. Une question, également, sur la façon de montrer une ville, les sensibilités cachées sous la surface, dans les murs, sur le trottoir, sur la façon dont le corps peut agir comme un cadre à un paysage, habiter des zones d’ombre et des fissures.

Peut-on à la fois dénoter, se mettre en scène et se fondre dans le décor ? Quelles traces garde-t-on de ces moments pour en faire le récit, à l'ère de la surcharge d'informations, du flux instantané et de la mise en scène des expériences quotidiennes sur les réseaux sociaux ? En fil rouge, un travail sur les figures du selfie comme espace d’expérimentation pour représenter des personnages et sculptures vivantes au sein d’un environnement à la façon du kintsugi : méthode japonaise de réparation des porce-laines ou céramiques brisées au moyen de laque saupoudrée de poudre d'or.

 

Partenaires : Le Générateur, Espace d'art contemporain Les Thermes+, Projet Louxor (Cie Étant Donné / L'autre Lieu)

 

Crédit photo visuel : Bernard Bousquet 

IDENTITES REMARQUABLES
 

une proposition performative d'Emily Holmes et de Jérémy Dussaussay

©Sandrine Laquittant -.jpg

--- rue des Cyclamens

©Sandrine Laquittant -

une proposition performative de Viviana Moin et Roberto Vidal

Artistes sud américains, Viviana MOIN et Roberto VIDAL

vous invitent à participer à une  joyeuse procession, 

Dans la pénombre... entre chien et loup

Viviana Moin née à Buenos Aires, Argentine en 1966. Etudie la danse classique et contemporaine à l’Ecole National de Danse.Vient à Paris et collabore avec différents chorégraphes, metteurs en scène, réalisateurs et plasticiens en même temps qu’elle fait ses performances seule ou avec des artistes venus des différents horizons et disciplines. Dans ses performances elle danse, parle, chante évoquant une sorte d’autobiographie fictionelle avec de l’humour et un grain de mélancolie.Elles ont été programmés au Musée du Jeu de Paume, à la Fondation Cartier, au Festival Plastique Danse Flore, CCNT (Tours), 3 Bis F (Aix en Provence) etc.

Roberto Vidal 

Artiste uruguayen, Roberto est danseur, chorégraphe, plasticien et pédagogue. Sa démarche artistique met en tension création, sensibilisation et transmission. Sa rencontre avec l'art brut et ses autodidactes à déclenché son besoin de créer. Il a dansé pour Laura Bonicel, Daniel Larrieu, Olivia Grandville, Germana Civera, cie. Voigner-Bertagnol, Morgane Rey, Valérie Castan entre autres. Avec sa compagnie, il réalise des projets impliquant le corps à l'art contemporain et au patrimoine. Il a mené des projets au Musée national de la renaissance, au château de Fontainebleau, Galeries nationales du Grand Palais, La Halle St. Pierre, Musée national Fernand Leger, au Musée départemental de l'Oise, au Quadrilatère, la Maladrerie St. Lazare entre autres. Il vit à Beauvais où il enseigne la danse contemporaine au conservatoire et propose des ateliers intergénérationnels, des ateliers pour des publics d'handicapés, Alzheimer ainsi qu'une forte action en milieu scolaire, soulignant avec son travail le social, le vivre ensemble.

AZUL II  "Procession païenne"
 

©Sandrine Laquittant - ---.jpg

--- rue des Cyclamens

©Sandrine Laquittant -

©Sandrine Laquittant -

CONCERTS 
Daddy's Skankers 19 H45
Soul'manto 21 HOO 

le final : deux moments hautement dansant

Les deux concerts viennent clôturer le festival,

une première partie des Daddy's Skankers

et 

Soul'manto, groupe d'Auteuil, et qui aura également tee shirt et CD à vendre 

deux groupes aux compositions originales à découvrir sur place

https://www.soulmanto.yo.fr

©Sandrine Laquittant -.jpg

--- aux côtés des Quatre vents